Accueil > Le blog > La Royal Enfield 650 Interceptor de Vincent
8 juillet 2020

La Royal Enfield 650 Interceptor de Vincent

Vincent a été charmé par la Royal Enfield 650 Interceptor, mais sa version d’origine ne répondait pas à ses attentes. BAAK est venu à la rescousse pour lui créer une machine spécialement transformée pour lui.

Il est rare qu’un perfectionniste comme Vincent trouve chaussure à son pied en passant la porte du premier concessionnaire moto venu. Bien qu’il ai porté son choix sur la Royal Enfield 650 Interceptor après l’obtention de son permis, une telle machine nécessitait de grandes modifications, tant sur le plan mécanique qu’esthétique, pour faire de lui un homme comblé.
Il nous a accordé sa confiance après nous avoir fait part de ses quelques critères : une moto facile, qui soit confortable en duo et qui permette de partir en weekend sans se poser de questions dès que BAAK aura mis au point ses valises pour voyageurs.

 

Conserver l’esprit originel de l’Interceptor 650, tout en la faisant sortir du lot. Voici l’objectif pour cette machine. Au programme : une peinture de réservoir bleue ciel et des grip-genoux brossés qui lui apportent de la personnalité, des accessoires fabriqués dans un cuir brun qui se patinera à travers le temps (selle, poignées, soufflets de fourche, sangle de réservoir, sacoche latérale), des garde-boues plus discrets pour affiner la silhouette et des touches de métal brossé pour une finition plus brute.

Outre ces modifications esthétiques, notre travail s’est porté sur l’expérience de pilotage. Le guidon d’origine laisse place à un guidon plus large, avec un plus fort retour vers le pilote pour améliorer la maniabilité, et offrant la vue sur un compteur discret. Les silencieux sont des modèles BAAK en aluminium distillant une sonorité plus rauque et plus profonde. Le choix des pneus s’est porté sur les Dunlop K81 au profil mixte, proposant une belle polyvalence. Enfin, les amortisseurs d’origine sont remplacés par un modèle réglable de chez Shock Factory, ce qui sera très apprécié par Vincent lors de chaque sortie en duo.

Pour prendre toute la mesure des modifications apportées à la machine, nous prenons la route des Monts d’Or, à deux pas de l’atelier. L’impression laissée par premiers virages est fidèle à l’esprit que nos artisans ont cherché à développer sur cette machine. Elle est sécurisante, simple à mettre sur l’angle, parfaite pour les petites routes en épingles autour de Limonest. La sonorité distillée par les échappements incite à tourner la poignée de gaz un peu plus fort à chaque sortie de virage. Après quelques kilomètres, sur notre droite s’ouvre un chemin forestier. En confiance, je m’y engage sans crainte. L’homogénéité de l’ensemble rend la conduite très sécurisante sur ce type de terrain, on se surprend à prendre du plaisir sur les chemins avec une moto initialement pensée par la route. Un moment parfait !

Après quelques excentricités, quelques photos en bord de route, nous voici de retour à l’atelier pour préparer la remise de sa moto à Vincent. Avec comme toujours la conviction qu’elle saura lui procurer les émotions escomptées.